L’implant contraceptif

L’implant contraceptif

L’implant est une méthode de contraception qui consiste à introduire sous la peau un bâtonnet minuscule de 4 cm de long sur 2 mm de diamètre, lequel va diffuser dans le corps une hormone, l’étonogestrel.

Fonctionnement de l’implant contraceptif

Inséré sous la peau au niveau du bras (face interne), l’implant diffuse une hormone contraceptive qui agit à un triple niveau : l’étonogestrel bloque l’ovulation en empêchant la maturation de l’ovule, il épaissit la glaire cervicale, ce qui empêche l’accès des spermatozoïdes, et enfin, il réduit le volume de l’endomètre, ce qui ne permet pas la nidation d’un éventuel embryon.

Pose et retrait de l’implant contraceptif

La pose de l’implant est réalisée par un médecin ou une sage-femme, sous anesthésie locale. Il est inséré à quelques centimètres au-dessus du coude, sur la partie interne du bras. Si la femme est droitière, l’implant sera placé sur le bras gauche, et vice versa. L’opération dure quelques minutes, l’implant se trouvant dans un applicateur stérile à usage unique. Il est actif au bout de 24 heures, et cela, pour une durée de 3 ans.
Trois mois après la pose, un contrôle est recommandé pour s’assurer de l’absence d’effets secondaires, et vérifier également la peau à l’endroit de l’implantation.
Le retrait de l’implant s’effectue également sous anesthésie locale, par un médecin ou une sage-femme. Il s’agit de faire une légère incision de la peau.

Obtention de l’implant contraceptif

L’implant contraceptif est délivré en pharmacie sur ordonnance. Son achat est remboursé à 65%. Les mineures peuvent l’obtenir gratuitement en pharmacie, et sans condition d’âge dans les Centres de planification et d’éducation familiale (CPFE). Les femmes ne bénéficiant pas de couverture sociale peuvent également s’en procurer gratuitement dans les CPFE.

Il convient de noter que l’implant contraceptif ne protège pas contre les IST infections sexuellement transmissibles.